>Bouddhaland

Notre camp de base est à Chengdu mais on tient absolument à aller à Leshan pour nous mesurer au Bouddha géant : 78 mètres de haut (assis).
Pour cela il nous faut expérimenter les bus intervilles chinois. Aller impeccable. Ils choisissent même un film spécialement pour Marie : Cats & Dogs (mais une faute de scénario a malencontreusement fait des chats les méchants de l’histoire. Notez que le film est nul, sauf la fin ou le méchant chat brandit un petit livre rouge à une armée de souris lobotomisées à ses ordres… on vous laisse méditer…). Deux heures plus loin nous arrivons à Leshan, où un bus local nous conduit sans encombres au parc d’attraction bouddhiste. Là sont réunies toutes les copies des statues de Bouddhas chinoises valant le détour, avec un peu de mousse verte dessus pour faire plus vrai. Des grottes artificielles s’enchainent à flan de montagne.
Le long d’escaliers plutôt à pic, les gens accrochent des cadenas puis vont jeter la clef sur les genoux d’un Bouddha beaucoup trop grand pour eux. Ainsi, si ils regrettent leurs souhaits ils ne peuvent plus venir rechercher la clef.
Et soudain, alors qu’on se promène tranquillement dans la montagne, surgit une tête énormissime de Bouddha dans un trou du sol. En s’approchant on peut voir qu’il fait entièrement partie de la falaise et que si il avançait un peu, il pourrait prendre un bain de pieds dans le fleuve. Sur l’eau quelques touristes viennent le narguer, par paquets de 50, en bateau. Mais il reste très stoïque.
Et comme on trouve que tout compte fait 78 mètres reste une taille très raisonnable pour un Bouddha, on part à la recherche de son confrère plus faignant, mais aussi beaucoup plus grand (170 mètres au bas mot, couché). Jusqu’à ce qu’on réalise que ce qu’on avait tout d’abord pris pour un rocher quelconque est en fait une partie de sa tête.
Pour rentrer, notre bonne étoile des transports refait surface. On se fait premièrement balader dans un bus local durant plus d’une heure et demi lorsqu’on réalise que le dernier bus pour Chengdu est dans une demi heure. On saute du bus dans un taxi qui met 5 minutes pour nous conduire à la gare du nord (tout en suivant notre bus). Mais trop tard pour attraper le dernier bus. Nouveau taxi pour la gare centrale. Même complètement éteinte celle-ci délivre tout de même des billets pour l’ultime bus du jour à destination de Chengdu. Soulagement. Jusqu’à ce qu’on éteigne le moteur une petite heure pour cause d’embouteillages.

6 commentaires

  1. Impressionnant !!
    Magnifique la Tara

    Pas encore converties ????

    Bisous

  2. Juju(-stine XD) says:

    … grand, très graaaaannnnd !! ^^
    (quoi c’est le commentaire qui sert à rien parce qu’on le voit bien qu’il est immense ce Bouddha ?? On fait ce qu’on peut pour s’occuper dans notre contrée parisienne, nan mais ooooh 😉 !!)

  3. mawiemawie says:

    C’est magnifique les poulettes!! j’adore la photo de Marie au pied du pied de Bouddha, gros bisous 🙂

  4. juliemartin says:

    J’adore les photos des doigts dans le nez !!!

  5. nicois says:

    beau reportage !
    pas terrible les doigts dans le nez !

  6. Trop trop classe 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *