>Plus blanc que blanc

Agra c’est la ville du très célèbre Taj Mahal. Sans ça, la vill en’aurait sûrement pas été aussi connue. D’ailleurs, on n’avait jamais entendu son nom avant d’y arriver.
Pour visiter le Taj Mahal, mieux vaux être matinal. Le monument est ouvert du lever au coucher du soleil pour ajouter un peu de poésie au lieu. À 6h du matin une queue commence à se former devant les caisses. Le ticket est de 750 roupies, autant dire hors de prix pour l’Inde. Mais on a droit à une bouteille d’eau pour l’achat d’un ticket, une combine pour aider à faire passer le prix du billet. Rassurez-vous les indiens payent heureusement 10 fois moins cher. Vers 7H30 les contrôles de sécurité commencent à l’entrée, la fouille est sérieuse et si vous avez un paquet de cigarettes sur vous c’est retour à la case départ. Le sacrifice de votre grasse matinée est largement récompensé lorsque vous commencez à apercevoir le bâtiment dans la brume au lever du jour. La réputation du Taj Mahal est méritée, il est vraiment spectaculaire. Sachez que les minarets qui l’entourent penchent légèrement vers l’exterieur. Comme ca, si jamais il y a un tremblement de terre, ils ne tombent pas sur le bâtiment. Les couleurs changent au fur et à mesure de la matinée et deux heures plus tard le parc est rempli de touristes, signe qu’il est temps de partir prendre le petit déjeuner en terrasse avec vu sur le tombeau. Et oui, le Taj Mahal ce n’est pas juste un gros bloc blanc incrusté de pierres semi précieuses, c’est avant tout un tombeau avec mosquée adjacente.

L’histoire veut que Shah Jahan l’aii construit comme tombeau pour sa femme Mumtaz Mahal, morte en couche lors de la naissance de leur 14ème enfant, ce n’était pourtant pas une débutante. Le chantier du Taj Mahal débuta en 1631 et se termina en 1653. À peine le bâtiment terminé, et ce qui restait de l’épouse, enterré, le Shah Jahan se fit détrôner par son propre fils et emprisonné au fort d’Agra. Il ne pu donc admirer son œuvre que par la fenêtre de sa cellule et ce jusqu’à sa mort. Selon la légende, les artisans ayant contribué à cette merveille aurait eu les mains tranchées pour fêter la fin de la construction et histoire de ne pas refaire quelque chose d’encore mieux ailleurs. Les plus hardis conteurs vous diront aussi qu’on leur a arraché les yeux.

Pour en revenir au présent, soulignons aussi qu’il est interdit d’entrer avec une lampe poche dans l’enceinte du lieux. On a compris plus tard pourquoi. Les incrustations dans la pierre à l’intérieur du bâtiments sont plongées dans la pénombre et on n’en distingue presque pas les couleurs. Alors si vous voulez les voir un peu mieux, des ‘guides’ avec option éclairage sont là pour ça.
Et si vraiment vous n’êtes pas assez réveillé pour prendre des photos vous même, des indiens vous proposerons de le faire pour vous moyennant quelques centaines de roupies. Ils connaissent tous les meilleurs angles de vues et iront jusqu’à se glisser sous les bancs pour faire vos clichés.
Incredible India !

1 commentaire

  1. niçois says:

    c’est beau ! tant pis pour la grasse mat!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *